Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» FORMATION AU DOCUMENT D’ACCOMPAGNEMENT AU PROGRAMME DU CYCLE MOYEN- 2ème Génération -
Ven 16 Sep 2016 - 18:00 par amine73

» Groupe des enseignants/professeurs de Français de la wilaya de tissemsilt
Lun 15 Aoû 2016 - 19:20 par imad2401

» compositio n°2 4am le respect
Lun 21 Mar 2016 - 10:53 par milvi

» Le CAHIER DE TEXTES:
Ven 18 Mar 2016 - 9:32 par bibiwassou

» composition 1AM 2eme série
Dim 6 Mar 2016 - 13:08 par marina22

» Des fiches d'autrui:
Mer 3 Fév 2016 - 13:47 par simsima

» CD 02 ( toutes les fiches du projet 02 de 1AM)
Jeu 24 Déc 2015 - 14:34 par beghdadisara

» 13 contes résumés
Mar 24 Nov 2015 - 20:14 par antares

» compoN°3 le livre 4am
Jeu 29 Oct 2015 - 19:38 par perlatesse

Shopactif


Météo
Prévisions Meteo El Djazair
compteur
horloge
Free Clock
dictionnaire et traducteur double cliquez
compteur

13 contes résumés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

13 contes résumés

Message par antares le Mar 24 Nov 2015 - 20:14

Alice au pays des merveilles
Par un délicieux après-midi d’été, Alice s’ennuyait auprès de sa soeur qui lisait un livre « sans images ni dialogues ». Un lapin aux yeux roses, bavard et très pressé, vint à passer : sans réfléchir, Alice le suivit dans son terrier. Sans qu’elle y prît garde, elle fut entraînée au pays des merveilles, un monde de rêve à la fois surréaliste et inquiétant. Rétrécissant et grandissant tour à tour, elle fit la rencontre de personnages excentriques et retors. Il y avait le chat du Cheschire au sourire énigmatique, le lièvre de Mars, avec qui elle prit le thé, et la Reine de cœur, d’une impitoyable cruauté... Lorsque les choses tournèrent mal pour Alice, elle se réveilla, la tête sur les genoux de sa sœur, et s’écria : « Oh! J’ai fait un si drôle de rêve. »
La tête pleine d’images fantaisistes, elle prit le chemin de la maison, dans la lumière rougeoyante du soir...


Blanche-Neige
Il était une fois, dans un pays lointain, une princesse belle comme le jour, jalousée par son infâme belle-mère. « Miroir, miroir magique, dis-moi qui est la plus belle? », demandait sans cesse la marâtre. Un jour que le miroir lui répondit que Blanche-Neige était la plus belle du royaume, la méchante femme ordonna qu’on tue la belle. Épargnée, Blanche-Neige trouva refuge dans une maison abritant sept nains. Folle de rage, la marâtre offrit une pomme empoisonnée à la belle, qui la plongea dans un profond sommeil. Seul le baiser d’un beau prince réussit à réveiller la belle. Le prince la demanda en mariage dès qu’elle ouvrit les yeux. Ils vécurent heureux, tandis que la méchante belle-mère, invitée au mariage, y dansa jusqu’à en périr...


Boucle d’or et les trois ours
Tout près de la forêt habitait une petite fille aux cheveux si blonds et si bouclés qu'on l'appelait Boucle d'or. Un jour qu’elle se perdit en forêt, elle aperçut la jolie maison ou vivait une famille ours. Il y avait grand ours, moyen ours et petit ours. Partis en promenade, les trois ours laissèrent la porte entrouverte derrière eux. Curieuse, Boucle d’or entra dans la maison. Elle goûta d’abord les trois bols de gruau posés sur la table et se régala de celui de l’ourson, ni trop chaud ni trop froid. Lasse, elle essaya les trois chaises et cassa celle de l’ourson, en se disant que ce n’était pas si grave. Elle monta à l’étage, se glissa dans les trois lits et s’endormit dans celui de l’ourson, juste à sa taille. Réveillée par les voix des trois ours, consternés de trouver leur maison aussi désordonnée, Boucle d’or ouvrit les yeux et vit les trois ours penchés sur elle.
Effrayée, elle s’enfuit chez elle en courant. Et la famille ours ne la revit plus jamais.


Cendrillon
Il était une fois une jeune fille bonne et douce qui était le souffre-douleur de son affreuse belle-mère et de ses deux horribles demi-sœurs. Un jour, le roi organisa un grand bal en l’honneur de son fils. Alors que Cendrillon désespérait d’assister à la fête, une fée marraine apparut et la transforma en une jolie princesse, en lui faisant promettre toutefois de revenir avant le douzième coup de minuit. Le prince, ébloui, n’eut d’yeux que pour elle et fut séduit par sa mystérieuse beauté. Mais dès que Cendrillon entendit l’horloge sonner, elle prit la fuite, laissant tomber une pantoufle de verre. En quête de sa belle, le prince fit savoir qu’il épouserait celle à qui siérait la pantoufle. Toutes les jeunes filles du royaume tentèrent d’enfiler la délicate chaussure, jusqu’à ce que le pied de Cendrillon s’y glisse à la perfection... Le prince épousa sa princesse et ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps.

Jacques et le haricot magique
Il était une fois une pauvre veuve et son fils, Jacques, qui vivaient du lait de leur vache Blanchette. Un jour qu’il fallut la vendre au marché, Jacques l’échangea contre un haricot magique. Horrifiée, sa mère jeta le haricot par la fenêtre, où il se trouva bientôt un énorme pied de haricot qui montait jusqu’au ciel! Jacques prit une échelle et grimpa, grimpa, grimpa... Arrivé au château, il fit la rencontre d’une géante, qui le mit en garde contre son ogre de mari. Déjouant l’appétit du dévoreur d’enfants, Jacques s’échappa en rapportant un sac d’or à sa mère. À court d’argent, Jacques remonta au château et déroba une poule d’or. La fois suivante, il s’empara d’une harpe d’or... avec l’ogre à ses trousses. Jacques coupa la tige de haricot avec une énorme hache, et l’ogre s’écrasa au sol. Jacques, qui était déjà très riche grâce à sa poule aux œufs d’or, devint célèbre grâce à sa harpe magique. Si bien qu’il put épouser une belle princesse!


La barbe bleue
Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne, et des carrosses tout dorés. Il arborait une repoussante barbe bleue, mais ce qui dégoûtait le plus encore, c’est qu’il avait déjà épousé trois femmes, dont on ne sut jamais ce qu’elles furent devenues. Après danses et festins, il épousa une nouvelle jeune femme, à qui il confia un trousseau de clés en lui interdisant l’accès à une petite pièce. Dévorée par la curiosité, l’épousée profita du départ de Barbe-Bleue pour ouvrir la porte du cabinet interdit, où elle découvrit les corps ensanglantés des précédentes épouses. À son retour, le mari, furieux d’avoir été trahi, s’avisa de lui trancher la tête. C’est alors que les deux frères de l’épousée firent périr Barbe-Bleue par l’épée. L’épousée hérita des biens de son défunt époux et maria un honnête homme qui lui fit oublier le mauvais temps passé avec Barbe-Bleue.

La belle au bois dormant
Il était une fois un roi et une reine qui organisèrent une grande fête pour célébrer la naissance de leur fille unique. Le roi donna pour marraines à sa fille toutes les fées qu’on put trouver dans le pays, afin qu’elles lui fassent don chacune d’une vertu, comme la beauté, la grâce et ainsi de suite. Vexée de ne pas avoir été invitée, une marraine qu’on tenait pour morte lança un charme mortel à la jeune princesse : à 16 ans, elle se piquerait le doigt à un fuseau et en mourrait. Horrifiée, une jeune fée commua la malédiction en un sommeil de 100 ans. Malgré toutes les précautions du roi, la princesse se piqua le doigt sur un fuseau et tomba endormie. Des années passèrent avant qu’un beau prince vînt à son chevet et qu'il l’embrassa. « Est-ce vous, mon prince? lui dit-elle. Vous vous êtes bien fait attendre. » Le prince et la princesse se marièrent et eurent deux beaux enfants. Le prince, inquiet des inclinations d’ogresse de sa mère, tint son mariage secret pendant deux ans. À la mort du roi son père, il déclara son union et, à la veille de son départ en guerre, il confia son épouse et ses enfants à la méchante reine. Affamée, elle ordonna qu’on jette sa bru et sa progéniture dans une cuve remplie de crapauds et de serpents. Le prince surprit l’affreux spectacle. Folle de rage, l’ogresse se jeta dans le chaudron brûlant et y périt, tandis que le prince retrouva femme et enfants, avec qui il vécut jusqu’à la fin des temps.

La Belle et la Bête
ll était une fois une hideuse créature qui vivait dans un étrange château, au plus profond de la forêt. Un jour que le père de Belle se perdit dans la forêt, il se réfugia dans le château de la Bête monstrueuse, qui le jeta aussitôt dans un cachot. Venant au secours de son père, Belle fut faite captive par l’horrible créature. Alors que Belle tentait de s’enfuir du palais, elle fut encerclée par une meute de loups. La Bête vint à son secours et subit de graves blessures. Reconnaissante, Belle ramena son geôlier au château et le soigna avec dévouement. Peu à peu, elle découvrit un cœur bon sous la laideur repoussante de la Bête et en tomba amoureuse. Le sortilège fut rompu, et la Bête retrouva sa figure de prince charmant.


Le petit chaperon rouge
Une fillette, « la plus jolie qu’on eût su voir », fut chargée par sa mère de porter une galette et un petit pot de beurre à sa grand-mère malade. Alors qu’elle traversait allègrement la forêt, elle rencontra un loup affamé qui lui tendit un piège, dans lequel elle tomba naïvement. Rusé, le loup arriva en premier à la maison de la grand-mère, se fit passer pour le petit chaperon rouge et dévora la vieille dame. Toc, toc... « Qui est là? », demanda le petit chaperon rouge au loup, qui avait pris la place de la vieille dans le lit. « Ma mère-grand, que vous avez de grands yeux! », s’étonna la fillette. « C’est pour mieux te voir, mon enfant », lui répondit le loup. « Ma mère-grand, que vous avez de grandes dents! », continua-t-elle. « C’est pour mieux te manger, mon enfant », lui répondit le méchant loup, avant de n’en faire qu’une bouchée.


Le vilain petit canard
Ah! Comme il faisait bon dans cette campagne! Une cane couvait tranquillement ses canetons à l’ombre. Un œuf craqua et un étrange petit canard apparut. Si gris, si gros, il ne ressemblait en rien à ses frères et sœurs. Rejeté de tous, il s’envola au loin. Il passa tout son temps à chercher une famille qui voulut bien l’accueillir. En vain, car tous se moquèrent cruellement de lui. Un beau jour de printemps, il vit des cygnes nager sur un bel étang et osa s’approcher d’eux. « Je vais voler vers vous, oiseaux royaux, et vous me massacrerez, parce que j'ose m'approcher. Moi! Le vilain petit canard. » Il pencha sa tête et vit son reflet dans l’eau : il était devenu un cygne. Tout ému, il tomba dans l’étang. À son réveil, les grands cygnes qui le caressaient tendrement de leur bec l’accueillirent comme l’un des leurs. Le vilain petit canard devint un cygne splendide.


Le vaillant petit tailleur
Par un beau matin d’été, un petit tailleur cousait de tout son cœur. Par la fenêtre, il entendit une paysanne qui criait : « Bonne confiture à vendre! » Il prit une miche de pain et la nappa de confiture, ce qui attira vite un nuage de mouches. Ennuyé, il tua sept mouches d’un coup. Gonflé de fierté, il tailla une ceinture, sur laquelle il broda « Sept d’un coup! » et partit à la conquête du monde. Invincible, il releva tous les défis qu’il rencontra sur sa route. Il entra au service du roi, qui l’envoya chasser les horribles monstres de la région, en échange de la main de sa fille et de son royaume. Regrettant sa décision, le roi complota pour faire périr l’invincible petit tailleur. Prévenu du dessein du roi, le tailleur effraya ses assassins, qui fuirent dans la nuit. C’est ainsi que le petit tailleur hérita de terres du royaume et resta roi, toute sa vie durant.


Les trois petits cochons
Il était une fois trois petits cochons qui quittèrent leur maman pour aller construire leurs maisons. Le premier bâtit sa maison avec de la paille, le deuxième, avec du bois, et le troisième, avec des briques, malgré les moqueries de ses frères, qui ne croyaient pas au loup. Mais la bête était aux aguets... Quand elle souffla sur la maison de paille, puis sur celle de bois pour les faire voler en éclats, les deux petits cochons furent bien contents de trouver refuge dans la maison de briques du troisième petit cochon. Le méchant loup eut beau souffler, il ne parvint pas à détruire la maison de briques. Furieux, il tenta d’entrer par la cheminée. Le voyant venir, le troisième petit cochon cacha une marmite d’eau brûlante dans la cheminée, ce qui fit fuir le loup à tout jamais.

Pinocchio
Il était une fois un vieux menuisier qui rêvait d’avoir un fils. Une nuit, la fée bleue exauça son vœu et donna vie à sa dernière création, un pantin de bois nommé Pinocchio. Mais la fée proposa un marché à Pinocchio : il ne deviendrait un vrai petit garçon qu’à condition d’être sage et obéissant. Flanqué de Jiminy le criquet, chargé de l’éduquer, Pinocchio partit à l’aventure... Fait étrange, son nez s’allongeait lorsqu’il mentait! Après maintes péripéties, il rentra à l’atelier du menuisier. Ne trouvant pas Gepetto, il partit à sa recherche et le sauva en le sortant du ventre d’une baleine. Une nouvelle vie commença pour Pinocchio, car la fée bleue tint promesse et le changea en vrai petit garçon, résolu à étudier et à travailler sagement.


antares

Zodiaque : Verseau

Messages : 79
Date d'inscription : 18/04/2012
Age : 53
Localisation : el tarf

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum