Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» FORMATION AU DOCUMENT D’ACCOMPAGNEMENT AU PROGRAMME DU CYCLE MOYEN- 2ème Génération -
Ven 16 Sep 2016 - 18:00 par amine73

» Groupe des enseignants/professeurs de Français de la wilaya de tissemsilt
Lun 15 Aoû 2016 - 19:20 par imad2401

» compositio n°2 4am le respect
Lun 21 Mar 2016 - 10:53 par milvi

» Le CAHIER DE TEXTES:
Ven 18 Mar 2016 - 9:32 par bibiwassou

» composition 1AM 2eme série
Dim 6 Mar 2016 - 13:08 par marina22

» Des fiches d'autrui:
Mer 3 Fév 2016 - 13:47 par simsima

» CD 02 ( toutes les fiches du projet 02 de 1AM)
Jeu 24 Déc 2015 - 14:34 par beghdadisara

» 13 contes résumés
Mar 24 Nov 2015 - 20:14 par antares

» compoN°3 le livre 4am
Jeu 29 Oct 2015 - 19:38 par perlatesse

Shopactif


Météo
Prévisions Meteo El Djazair
compteur
horloge
Free Clock
dictionnaire et traducteur double cliquez
compteur

La comparaison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La comparaison

Message par moujib le Dim 25 Mar 2012 - 20:45

La comparaison
Une comparaison est construite selon un modèle très simple : on rapproche deux choses qui ont un point commun, c’est-à-dire une ressemblance. Ce rapprochement s’effectue à l’aide d’un mot de comparaison :
Cet enfant est blanc comme un cachet d’aspirine.
Dans cet exemple, on compare l’enfant à un cachet d’aspirine. Cette comparaison est rendue possible car tous deux ont une ressemblance. Ils sont blancs.
L’enfant est le comparé. On le compare au cachet d’aspirine, que l’on appelle le comparant. Enfin, la comparaison est exprimée à l’aide du mot comme que l’on appelle l’outil de comparaison (mais il en existe d’autres : pareil à, semblable à,ressembler à, tel que...).
Enfin, on l’a dit, la comparaison provient d’un point commun entre l’enfant et le cachet, la blancheur dans notre exemple. Dans ce cas, on parlera de comparaison motivée. Si ce point commun n’est pas exprimé, on parlera de comparaison non motivée :
Il est comme un cachet d’aspirine.
Pour finir, on peut observer qu’une comparaison est d’autant plus belle qu’elle est inattendue :
La terre est bleue comme une orange.
Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie.
À chaque fois, il semble difficile d’expliciter le rapprochement fait entre le comparé et le comparant, c’est-à-dire entre la terre et l’orange d’une part, la machine à coudre et le parapluie d’autre part. Cela ne veut évidemment pas dire qu’aucun rapprochement n’est possible...
La poésie utilise la comparaison, mais aussi la métaphore. Le poète Stéphane Mallarmé se flattait même d’avoir banni le mot comme de son vocabulaire.
La métaphore
Une métaphore peut être définie comme une comparaison dont on aurait retranché le mot comme (ou tout autre mot de comparaison).
Prenons un nouvel exemple de comparaison :
Ce vieillard avance telle une tortue.
Dans cette comparaison, le vieillard est comparé à une tortue. Le point commun n’est certes pas exprimé, mais on le devine. Il s’agit de la lenteur que le verbe avance laisse entendre. Enfin, on remarquera l’outil de comparaison telle.
Si l’on considère que la métaphore est une comparaison amputée de son outil de comparaison, on obtiendra la phrase suivante :
Ce vieillard est une tortue.
Dans cette métaphore, seuls subsistent le comparé (ce vieillard) et le comparant (une tortue). Nous avons définitivement perdu l’expression implicite du point commun en retirant le verbe avance. Aussi n’établissons-nous plus un rapport de ressemblance entre le comparé et le comparant, mais un rapport d’identification : le vieillard est une tortue.
On conserve donc le comparé et le comparant dans l’exemple ci-dessus. C’est ce qu’on appelle la métaphore in praesentia, c’est-à-dire que le comparé est présent. Toutefois, si l’on ne conserve que le comparant, la métaphore est dite in absentia :Quelle tortue ! Dans ce dernier exemple, l’on comprendra que l’on parle toujours (en termes peu polis, il est vrai) du vieillard et non d’un reptile à quatre pattes enfermé dans une carapace ! On en arrive, finalement, à une ancienne définition de la métaphore : cette figure consiste à remplacer un mot (vieillard) par un autre (tortue).
Résumons par un tableau :
Figures Comparé Point commun Outil de comparaison Comparant Exemples
Comparaison motivée x x x x Avec lenteur, ce vieillard avance comme une tortue.
Comparaison non motivée x x x Ce vieillard avance comme une tortue.
Métaphore in praesentia x x Ce vieillard est une tortue.
Métaphore in absentia x C'est une tortue.
Deux autres cas, la métaphore filée et la catachrèse :
La métaphore filée
Filer une métaphore, c’est continuer, après avoir fait une première métaphore, à utiliser un vocabulaire en relation avec cette première métaphore, ce qu’il convient d’appeler le champ sémantique en somme :
Mais Paris est un véritable océan. Jetez-y la sonde, vous n’en connaîtrez jamais la profondeur. Parcourez-le, décrivez-le ! quelque soin que vous mettiez à le parcourir, à le décrire ; quelque nombreux et intéressés que soient les explorateurs de cette mer, il s’y rencontrera toujours un lieu vierge, un antre inconnu, des fleurs, des perles, des monstres, quelque chose d’inouï, oublié par les plongeurs littéraires. (Le Père Goriot, Balzac)
Dans cet exemple, une première métaphore (Paris est un véritable océan) est poursuivie dans le reste de l’extrait (Jetez-y la sonde, la profondeur, les explorateurs de cette mer...)
La catachrèse
Il s’agit d’une métaphore dont on a oublié l’origine.
Quand on parle des pieds d’une chaise, on ne se souvient pas que le pied désignant la partie inférieure d’une jambe est ici utilisé de façon métaphorique. Ainsi, le mot pied n’est plus utilisé au sens propre, mais en un sens différent qui désigne une réalité pour laquelle aucun autre mot n’existait.
En voici d’autres exemples :
Les ailes de l’avion, les ailes du moulin, l’aile d’un bâtiment
Une feuille de papier
La tête d’un arbre, la tête d’une armée
Un bras de mer, d’une rivière, d’un fauteuil
Pour chaque exemple ci-dessous, dites si vous avez affaire à une comparaison ou à une métaphore.
Dans le cas de la comparaison, dites quels sont le comparé et le comparant et quel est l’outil de comparaison. Enfin, dites si elle est motivée ou non.
Dans le cas d’une métaphore, dites s’il s’agit d’une métaphore in praesentia ou in absentia. Éventuellement, voyez si la métaphore n’est pas filée. 1° La terre toute proche formait comme un bouclier bombé sur la mer azurée. (Homère, L’Odyssée)
2° De même qu’un tas de paille sèche, pris dans une tornade, s’éparpille aux quatre vents, de même les poutres du radeau volèrent en éclat. (Homère, L’Odyssée)
3° Et le cavalier murmurait entre ses dents des mots qui s'évaporaient dans la chaleur. (Laurent Gaudé, Le Soleil des Scorta)
4° Les murs avaient un aspect lépreux, et étaient couverts de coutures et de cicatrices comme un visage défiguré par quelque horrible maladie. (Victor Hugo, Les Misérables)
5° Un canon qui casse son amarre devient brusquement on ne sait quelle bête surnaturelle. C’est une machine qui se transforme en monstre. Cette masse court sur ses roues, a des mouvements de bille de billard, penche avec le roulis, plonge avec le tangage, va, vient, s’arrête, paraît méditer, reprend sa course, traverse comme une flèche le navire d’un bout à l’autre, pirouette, se dérobe, s’évade, se cabre, heurte, ébrèche, tue, extermine. (Victor Hugo, Quatre vingt-treize)
6° Il lui arrivait de passer des heures entières dans les grandes bibliothèques parisiennes, ces catacombes pour auteurs défunts, fouillant dans leurs vieilles réserves poussiéreuses, afin de satisfaire à son morbide appétit […] (Washington Irving, “Aventure d’un étudiant allemand”)
7° Le feu de ses regards si touchants, si doux, est un cruel poison. (Jacques Cazotte, Le Diable amoureux)
8° Il avançait. Et son cavalier semblait une ombre condamnée à un châtiment antique (Laurent Gaudé, Le Soleil des Scorta)
9° Adolphe essaie de cacher l’ennui que lui donne ce torrent de paroles, qui commence à moitié chemin de son domicile et qui ne trouve pas de mer où se jeter. (Honoré de Balzac, Petites misères de la vie conjugale)


moujib

Zodiaque : Scorpion

Messages : 68
Date d'inscription : 24/05/2011
Age : 49
Localisation : alger

Revenir en haut Aller en bas

Re: La comparaison

Message par sellami kamel le Dim 25 Mar 2012 - 22:13

COMPARER LES QUALITÉS DES PERSONNES À CELLES DES BÊTES OU DES OBJETS

accueillant comme une porte de prison

avare comme un colimaçon

bavard comme une pie

belle comme le jour

bête comme une oie

bête comme chou

bête comme ses pieds

bête comme une vache

beau comme un camion

beau comme un dieu

blanc comme un linge

blanc comme un cachet d'aspirine

blanc comme un lavabo

blond comme les blés

bon comme du bon pain

bourré comme un coing

clair comme l'eau de roche

con comme la lune

con comme un pneu

con comme un mouton

con comme un balai

connu comme le loup blanc

copains comme cochons

doux comme un agneau

doux comme un mouton

droit comme un i

dur comme du bois

ennuyeux comme un jour de pluie

excité comme une puce

fauché comme les blés

frisé comme un mouton

fort comme un turc

fier comme Artaban

fier comme un pou

fier comme un coq

fier comme un paon

fort comme un boeuf

frais comme un gardon

gai comme un pinson

gai comme un parpaing

gros comme une maison

haut comme trois pommes

heureux comme un loir

heureux comme un poisson dans l’eau

heureux comme un roi

jolie comme un coeur

léger comme un écho

laid comme un pou

libre comme l'air

long comme un jour sans pain

maigre comme un haricot

malade comme un chien

malin comme un singe

maquillée comme un camion volé

menteur comme un arracheur de dents

menteur comme un Irlandais

moche comme un pou

mou comme une chiffe (chiffe molle !)

muet comme une carpe

muet comme une tombe

myope comme une taupe

pâle comme un linge

paresseux comme un lézard / une couleuvre / un loir

pauvre comme Job

pauvre comme une mendiante

poilu comme un singe

rapide comme l'éclair

riche comme Crésus

rouge comme un coq

rouge comme une tomate

rouge comme un coquelicot

rusé comme un renard

sage comme une image

sale comme un porc et deux truies

sale comme une chambre d'ado

sale comme un cochon

sérieux comme un pape

serrés comme des sardines

simple comme bonjour

sourd comme un pot

têtu comme un âne

têtu comme une mule

timide comme un enfant (mort-né)

timide comme un soupir

trempé comme un canard

triste comme un bonnet de nuit

trsite comme un lendemain de fête

triste comme un enterrement

vilain comme un pou

vieux comme Hérode

vieux comme la lune

voleur comme une pie

sellami kamel

Zodiaque : Verseau

Messages : 847
Date d'inscription : 21/01/2012
Age : 50
Localisation : Barika

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum